Louis Pasteur

Un article de WikiBioscope.

Sommaire

Biographie

Louis Pasteur naît le 27 décembre 1822, à Dole dans le Jura. Il passe toute son enfance à Arbois où il fréquente l’école primaire et secondaire. Elève sérieux et appliqué, il se découvre très tôt une passion pour le dessin et réalise plusieurs portraits au pastel de sa famille et de ses amis. Il entre ensuite au collège Royal de Besançon où il passe ses baccalauréats ès lettres ès sciences puis se présente à l’Ecole Normale Supérieure de Paris. En 1847, le titre de Docteur ès Sciences lui est conféré pour ses thèses de physique et de chimie consacrée à la cristallographie. Il est ensuite nommé professeur de chimie à l’Université de Strasbourg. Peu de temps après son arrivée, il rencontre Marie Laurent, la fille du recteur qu’il épouse en 1849. De leur union naissent 5 enfants dont 3 mourront en bas âge. Tout au long de sa carrière Pasteur réalise des recherches dans différents domaines (fermentation, conservation des aliments, maladie des vers à soie, maladies infectieuses, vaccination). Il connaît la renommée grâce à la technique de Pasteurisation et à la vaccination contre la rage puis s’éteint le 28 septembre 1895 près de Paris.


Expérimentation

Mise en évidence des micro-organismes et expérience du col de cygne

A partir de 1854, Pasteur étudie les processus des fermentations. Grâce à des recherches qui s’étaleront sur 15 années, il va tirer les micro-organismes de l’obscurité, mettre en évidence l’importance de leur activité et révéler quelle place ils occupent dans l’organisation de la vie. Il constate en effet, grâce au microscope, que toutes les fermentations sont l’œuvre de micro-organismes : les ferments. Mais d’où viennent ces micro-organismes ? Naissent-ils de germes semblables à eux-mêmes ou apparaissent-ils spontanément dans les milieux fermentescibles ? Pasteur refuse de croire en la théorie de la génération spontanée et prouve qu’il a raison en 1862 grâce à l’expérience du ballon “à col de cygne". Cette expérience démontre en effet qu’un liquide reste inaltéré si on prend la précaution de le mettre à l’abri du contact des micro-organismes. Par contre, si ce liquide est laissé à l’air libre de nombreux microbes s’y développent.

Recherche sur les maladies infectieuses et prophylaxie de la rage

Dès ces premières études sur les fermentations, Pasteur affirme que les maladies infectieuses sont également dues à des micro-organismes pathogènes. Entre 1878 et 1880, Louis Pasteur isole 3 germes : le streptocoque, le staphylocoque et le pneumocoque. En affirmant que chaque maladie a son microbe et que celui-ci vient du dehors, Pasteur établit les règles de base de l’asepsie. En permettant d’éviter la contagion et les infections, cette méthode sera décisive pour la chirurgie et l’obstétrique. En 1880, Pasteur travaille sur le choléra des poules. Il découvre que les animaux ne meurent pas si on leur injecte la culture d’un microbe vieilli. De plus, ces mêmes poules inoculées quelques jours plus tard avec une culture très virulente, demeurent en parfaite santé : elles sont vaccinées. Pasteur applique, après l’avoir adaptée, la technique de vaccination mise au point par Jenner pour d’autres maladies. En ce qui concerne la rage, Pasteur n’a pas réussi à isoler le micro-organisme responsable car le virus est beaucoup trop petit pour être vu grâce aux méthodes d’observation de l’époque. Mais puisqu’il s’agit d’une affection nerveuse, il doit être présent dans le cerveau et la moelle épinière des sujets contaminés. Pasteur réussi à affaiblir le virus en suspendant une moelle contaminée dans un bocal dont l’air est asséché. Après de nombreuses hésitations, Louis Pasteur applique pour la première fois son vaccin antirabique à un jeune garçon, Joseph Meister, le 6 juillet 1885. C’est un succès : un sujet mordu par un animal enragé peut être préservé de la maladie si les inoculations du vaccin sont faites dès la morsure.

Pasteurisation

A la demande de Napoléon III, Pasteur recherche ensuite les causes possibles des altérations du vin. Il démontre que les responsables sont des germes parasites au processus de fermentation naturel. Il apprend alors aux industriels à ne travailler qu’avec des germes purs et leur montre comment des instruments mal lavés deviennent rapidement le refuge de germes parasites. Il entreprend ensuite de trouver un remède au mal dont il a fait connaître la cause et met au point une technique permettant de détruire les germes parasites tout en conservant les propriétés organoleptiques du vin. Cette technique appelée Pasteurisation consiste à chauffer le liquide quelques minutes à une température située entre 55 et 60°C. Elle est encore largement utilisée à l’heure actuelle pour la conservation du vin, de la bière, du lait, du beurre, …

L’institut Pasteur aujourd’hui

L‘institut Pasteur est une institution privée reconnue d’utilité publique par décret de 1887. Ses activités concernent en priorité la microbiologie, l’immunologie et les maladies infectieuses, mais également la biologie structurale, la biologie du développement et la génétique. Ses effectifs comptent près de 3000 personnes répartis dans 22 Instituts Pasteurs un peu partout dans le monde dont un à Uccle en Belgique.

La cristallographie

L’origine de l’œuvre de Louis Pasteur est la lecture d’une note d’un physicien allemand, Mitscherling. Celui-ci avait constaté que deux corps chimiques, le tartrate et le paratartrate avaient la même constitution chimique et la même forme cristalline mais présentaient une action différente sur la lumière polarisée : le tartrate la dévie alors que le paratartrate ne la dévie pas. En étudiant les cristaux de tartrate, Pasteur découvre la présence d’une facette sur l’une des arêtes. Placé devant un miroir, le cristal ne donne donc pas une image superposable de lui-même : il est énantiomorphe. Pasteur pense alors avoir élucidé l’énigme. Malheureusement, les cristaux de paratartrate présentent eux aussi cette facette. Une observation plus fine permet à Pasteur de découvrir que la facette est parfois orientée vers la gauche (cristaux gauches) et parfois vers la droite (cristaux droits). Les cristaux déviant la lumière dans la direction correspondant à l’orientation de la facette. Le paratartrate est en fait un mélange en quantité égale de cristaux gauches et droits et n’a donc plus aucune action sur la lumière polarisée.

Le saviez vous ?

Oeuvres

Commentaires

Nom (obligatoire):

Institution/Email:

Commentaire:

Entrez la reponse a la question ci-dessous :

la licence des FUNDP